Chargement...

Quoi de neuf

18 avril 2018

16e concours des Jeunes Reporters pour l’Environnement : un plaidoyer pour préserver l’eau

Sept reportages écrits et autant de photographies ont été primés lors de la 16e édition du concours de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement en partenariat avec le Ministère de l'Education Nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique .

Pour faire coïncider les résultats du concours avec la Décennie internationale d’action sur l’eau et le développement durable qui a débuté le 22 mars 2018, le concours des Jeunes Reporters pour l’Environnement avait choisi pour thème « l’Eau pour un monde durable ».

Un thème qui trouve une résonance particulière dans un pays semi-aride, ou l’eau a toujours été un élément central de la vie des populations. Du nord au Sud, dans l’une des douze Académies du royaume engagées dans le concours que promeut la fondation Mohammed six pour la protection de l’environnement, les sujets sur la préservation de l’eau, ressource rare, ne manquaient pas. Que ce soit au pied du Rif, dans la plaine de Martil, ou dans les contrées desséchées de l’Anti-Atlas, où l’on fait pousser du safran, les jeunes reporters sur l’environnement ont mis en évidence à quel point l’eau était un bien précieux dans le royaume.

Les lycéens de Tan-tan, ont appris à l’occasion de leur enquête que le nom de leur ville provenait du bruit d’une pierre roulant dans un puits sec, qu’un nomade qui cherchait désespérément de l’eau avait lancée. Plusieurs générations après, la quête de l’eau désespère toujours les habitants de la ville. Les lycéens ont compris au terme de cette enquête qu’il était impératif de sensibiliser les populations à ce bien si précieux qu’un gaspillage constituait une violation du droit des générations futures à vivre dans un monde stable. « Cette richesse naturelle est une propriété commune qui devrait être préservée, » ont-ils écrit.

La conclusion de cette enquête qui leur a valu le prix du jury national et la première place au prix international met bien en perspective les autres thèmes explorés par les JRE. Économiser l’eau dans les hammams traditionnels, sujet des JRE du Collège Abdelkrim El Khattabi de Ouarzazate (prix de l’authenticité), réutiliser les eaux usées pour irriguer des espaces verts, comme à Casablanca au jardin Alesco, thème des JRE du Lycée Jaafar Fassi Fihri de Moulay Rachid Sidi Othmane (prix de l’initiative), ou encore économiser l’eau pour perpétuer les cultures séculaires du safran, thème des JRE du Collège Idriss 1er de Ouarzazate (Prix de la valorisation), tous sont des thèmes sur la rareté de l’eau.

Deux autres équipes de JRE se sont intéressées au gaspillage de l’eau par sa pollution : dans la plaine de Martil, près de Tétouan (JRE du Collège Taha Hussein de Martil, Prix de la sensibilisation), et dans celle des puis d’Ain Aouda, reportage des JRE du Lycée Abderahmane Eddakhil de Skhirat-Témara (Prix de l’éveil). A chaque fois, le reportage a révélé la présence de polluants ou de bactéries qui rendent l’eau impropre à la consommation.

La qualité des sept lauréats du concours écrit a émergé parmi 254 reportages d’autant d’établissements, qui cette année, avait reçu le soutien technique et pédagogique des spécialistes de l’ONEE Branche eau.

Les JRE soumettaient également des reportages photographiques. Les prix ont été décernés à sept établissements de différentes académies, pour des images illustrant la sécheresse de l’Oued Drâa, des techniques de ramassage des eaux de pluie, un puits traditionnel de la région de Doukkala, une seguia traditionnelle, une source en forme de cœur, enracinement de déchets dans l’oued d’Ait Ourir, ou encore Ain Asserdoune.

Nouveauté de l’édition 2018, les candidats devaient faire le lien entre leur reportage et un des Objectif de Développement Durable promus par l’Onu.

Les lauréats et leurs encadrants recevront leur prix ainsi que des tablettes numériques, qui seront distribuées lors de cérémonies provinciales et régionales.

Consulter les résultats du concours Reportages écrits 2018

Consulter les résultats du concours Reportages photographiques 2018

Programme « Jeunes Reporters pour l’Environnement »

Jeunes Reporters pour l’Environnement (JRE) est un programme créé par le Fondation pour l’Éducation à l’Environnement (FEE) auquel 35 pays participent. Au Maroc, il a été introduit par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement en 2002. Il a vu plus de 22 000 lycéens et collégiens de 11 à 21 ans y participer. 186 de leurs reportages ont été primés au concours national et 24 au concours international. Ces élèves ont été accompagnés par plus de 8000 encadrants.